La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

psychothérapie

Lors de la première entrevue, le cadre de l'intervention est posé en fonction des demandes, besoins du client : fréquence, tarif, conventions.  Ce moment privilégié est déjà très riche en informations et processus pour la démarche thérapeutique à venir, tant pour le demandeur que pour moi.

 

souffrance psychologique

Dans quels cas consulter?

Chaque situation est particulière et peut toucher tant la sphère privée que professionnelle mais ce qui peut motiver une démarche psychologique est une difficulté ou une souffrance importante et/ou récurrente. Si la plupart du temps nous trouvons des solutions à nos problèmes, il arrive parfois que ni nos ressources, ni  l'aide de notre entourage ne permettent de les surmonter. 

C'est souvent à ce moment précis que la décision de consulter intervient.

Ci-dessous quelques uns des motifs le plus régulièrement évoqués par les adultes

  • Difficultés dans les relations interpersonnelles : conflits de couple, familiaux, solitude, isolement,...
  • Difficultés personnelles : mal-être, peur, angoisse, stress, déprime, fatigue, vieillissement, mauvaise estime de soi, phobie, toc, dépendance, obésité, troubles alimentaires, ...
  • Situations douloureuses : deuil, séparation, maladie, traumatisme, vieillissement, épuisement (burn-in, burn-out), échec, perte d'un emploi, recherche d'emploi, ...
  • Clarifications et prise de décision : difficultés dans l'analyse de situation (avantages, inconvénients, conséquences), la clarification d'objectifs, de plan d'actions, réorientation de carrière, ...
  • Développement personnel : accroître ses potentialités, mieux se connaître, ...

Chez l'enfant et l'adolescent, les difficultés concernent plus fréquemment les situations suivantes :

  • Relation aux parents : conflits, violence, rejet, isolement, détachement, ...
  • Difficultés scolaires : désinvestissement, échec, stress,...
  • Conduite à risques et passage à l'acte : toxicomanie, alcoolisme, tentative de suicide,...
  • Troubles spécifiques : troubles somatiques, angoisse, phobie, toc, agitation, excitation, inhibition, trouble du sommeil, gestion émotionnelle difficile : peur, colère, tristesse, ..

Quel est l'objectif de la thérapie?

L'objectif de la thérapie est l'autonomie de la personne qui consulte.

Trois critères définissent l'autonomie : conscience, spontanéité et intimité.

Se diriger vers l'autonomie, c'est ainsi quitter les influences négatives du scénario personnel.

  • Capacité de conscience — être en plein contact avec l'ici et maintenant, prendre la réalité telle qu'elle est, sans la filtrer, la déformer. 
  • Capacité de spontanéité — développer notre faculté à ne pas réagir à l'environnement par des comportements automatiques, mais comme nous le souhaitons et d'une manière adéquate à l'environnement. Cela implique notamment d'être capable d'utiliser nos trois États du moi, et d'enrichir le panel de comportements de chacun.
  • Capacité d'intimité — être dans une relation authentique avec l'autre, c'est-à-dire vraie et appropriée. Cela exclut toutes manipulations ou jeux psychologiques et/ou de pouvoir. Cela peut être un moment de partage amical comme une mise au point très franche. Il s'agit de développer une capacité à proposer un moment relationnel fort, comme de savoir le recevoir.

La thérapie psycho-corporelle :

Elle s'articule entre le mental, le corporel et l'émotionnel. C'est à dire qu'elle regroupe les troubles et malaises psychologiques, les tensions et blocages corporels et les somatisations.

La parole est le fil conducteur de la thérapie, l'approche corporelle n'est pas systématique, elle n'est empruntée que si c'est la plus indiquée à l'instant du traitement.

 

Corporel = toucher?

Non, pas nécessairement! Les techniques de relaxation, de sophrologie, de respiration, ne nécessitent pas de 'toucher' la personne qui consulte.

Les techniques : de shiatsu, crâniennes ou énergétiques, si elles sont employées se font patient habillé!

De plus, aucune zone génitale ou sexuelle secondaire n'est touchée, à aucun moment, quelque soit la problématique du patient.

 

Pour ados et enfants ?

Pour les adolescents (12 à 18 ans), généralement, l'approche n'est que verbale sauf prescription particulière.

Pour les enfants  de 5 à 12 ans qui présentent des somatisations, je me base sur une approche systémique et relationnelle avec le(s) parents en fonction de la structure familiale car les somatisations des enfants ont 'souvent' des origines environnementales et les séances durent de 30 à 45 min max.

Les séances de thérapie pour ados et adultes ont une durée fixe de 45 min mais elles peuvent se prolonger si besoin est, et avec l'accord de la personne qui consulte. 

 

Est-ce efficace?

Pour savoir si votre démarche est efficace ou pas, posez-vous ces questions : "est-ce que je perçois une amélioration?", " est-ce que je fais confiance dans la capacité du professionnel à m'aider dans ce cas-ci?", " y a-t-il des progrès dans ma vie privée, professionnelle, ..?"   Si oui, vous continuez, sinon, il vaut mieux en parler avec votre intervenant avec franchise et peut être envisager de changer d'approche. 

 

psychothérapie